Que fait un jeune bassoniste à la fin de ses vacances ? Il prépare sa rentrée, comme tout le monde ! Et en pleine nature. C’est ce qui a été fait au centre de vacances « Landersen » de Sondernach durant une semaine.

 

Pour clôturer le stage de basson, les jeunes ont donné un concert de cet instrument. PHOTO DNA-Julien kauffmann

Une semaine de « prérentrée » (selon un parent d’élève) qui s’est terminée dimanche dans l’après-midi par une sympathique audition sous le regard bienveillant et avisé du prof de basson du conservatoire de Colmar, M. Deuleurence.

Audition où se sont même retrouvés quelques petits à la flûte à bec, voire au piano. Vous avez dit basson ? Voilà un instrument peu couru des jeunes et, pourtant, ils étaient environ une dizaine ce jour-là à présenter des pièces avec leur instrument de prédilection. Un grand bravo à eux.

Technique, vélocité, pose du son

Le basson, pour la petite histoire, est la basse du hautbois et du cor anglais (qui n’a rien d’anglais et qui n’est pas un cor). Un instrument grandement utilisé par Bach, Haendel, Telemann, Vivaldi, mais aussi Mozart, Weber, Prokofiev, Russel, Bitsch etc.

Comme tous les instruments - quasi -, le basson a connu une évolution à travers les âges et ce sont les Allemands Almenräder (1786-1843) et Heckel (1812-1877) ainsi que les fils de ce dernier qui lui ont donné son mécanisme moderne (et sa sonorité).

Puis, d’autres encore ont travaillé à son amélioration, notamment des facteurs français, voire le sémillant Adolphe Sax ! C’est finalement Eugène Jancourt (1815-1901) qui a construit le premier vrai basson français.

Cet après-midi-là, devant leurs parents, les jeunes musiciens, avec fierté, ont fait preuve de leur savoir-faire, de ce qu’ils ont su acquérir au courant de ces journées dans un endroit idyllique, si propice à l’étude, fut-elle musicale.

Sans aucun doute, des acquis en terme de technique, de vélocité, de pose du son. De virtuosité peut-être ?

De toute façon, une meilleure compréhension, une connaissance plus approfondie de leur instrument, de la façon de s’exprimer, se tenir, de faire de plus en plus corps avec lui, condition sine qua non pour tout musicien en devenir ou confirmé.

Foi de musicien, belle manière de se faire plaisir tout en faisant plaisir aux autres. En musique.